aujourd’hui, j’arrête

Déménagement fait, changement de mode de vie et d’organisation, maison toujours en travaux et fatigue extrême, je suis à bout, physiquement et mentalement.

Ce matin, après avoir perdu mon sang froid de façon ridicule, et être arrivée au travail bien assez en avance pour profiter d’un moment de calme pour prendre mon café et réfléchir à tout cela, j’ai décidé désormais de tout faire en sorte pour éviter les mécanismes habituels de culpabilité (puisque oui, je ne suis qu’un être humain et que je ne suis pas au top tout le temps et que cela n’est pas bien grave).

J’ai surtout décider d’arrêter. Quoi ? un tas de choses.

  • arrêter de zapper des priorités telles que la santé, le bien être : pour avoir la paix, pour pouvoir contrôler ses émotions, il faut ne pas avoir mal, ne pas négliger des petits soucis de santé qui peuvent pourrir la vie, empêcher de dormi et grossir pour devenir de gros soucis qui nous plombent le quotidien. Donc rdv pris chez le médecin, et tant pis pour la peinture pour la salle de bain et pour la demi-heure ou heure de retard sur mon programme, il y a des choses essentielle et cela fait trois semaines que j’oublie de m’occuper de moi.

 

  • arrêter la clope : je suis de celles qui ont cette chance de n’allumer une cigarette qu’en soirée lorsque l’envie m’en prend et de fumer pour le « plaisir », sans dépendance. Au fait, je me rends compte que cette « liberté » là est relative et qu’en période de stress et de fatigue intense, je doute que les quelques clopes que je fume quand même, m’aide à être plus détendue…en tous cas pas sur le long terme.

 

  • arrêter d’être ultra-connectée : entre recherche d’informations, réseaux sociaux, je voudrais pouvoir réduire mon temps de disponibilité pour toutes ces choses chronophages et profiter de l’essentiel, quitte à y revenir plus tard (ou pas), mais maintenant tout de suite, en m’écoutant, je sais qu’il faut que je sois là ici et maintenant, à l’écoute et prévenante, attentive au réel et déconnectée. J’ai une chouette bibliothèque, je peux donc arrêter de lire sur écran, je reçois un mensuel papier par courrier et je n’ai que 24h dans une journée.

 

  • arrêter de tout vouloir tout de suite : je suis impatiente, depuis toute petite, j’ai du mal à attendre, patienter, je veux les résultats immédiats et cela m’a causé bien des tords jusqu’à ce jour. Je voudrais, dans ma démarche personnelle et familiale, apprendre à ralentir, non seulement pour profiter de l’essentiel mais surtout le cerner, savoir l’identifier et ne pas passer à côté.

 

Si je la fais en développement personnel : je vais commencer à prendre soin de moi concrètement, à profiter des moments simples de la vie, à reprendre le « slow-life » et apprécier le « maintenant », le moment présent, cesser de me projeter et d’anticiper parce que ça ne fait qu’épuiser le temps et la quiétude.

 

Publicités

3 commentaires sur “aujourd’hui, j’arrête

Ajouter un commentaire

    1. eh oui, ralentir…comme tu dis si bien, il serait dommage de s’oublier en chemin. Cela fait 24h que j’ai changé de « focale » et j’avoue que ça me fait déjà un bien fou, je prends le temps de prendre du temps :). Belle et douce journée à toi 🙂

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :