la tempête avant le calme

Avec toute la bonne volonté du monde, je ne réussis pas à m’organiser de façon assez efficace pour finir l’essentiel de ce que j’ai à faire en une journée.

Je reporte, je cumule et je me retrouve à ne plus distinguer les jours de semaine du weekend, le matin du soir et je cours tout le temps et un peu plus chaque jour.

J’ai toujours un peu « speedé », j’élève seule mon enfant et j’avoue que parfois, un petit soutien ne me ferait pas de mal (mais je pense cela les soirs où je suis à bout, et lorsque je me pose après minuit dans mon lit et que je m’endors alors que je n’ai même pas fini un chapitre de ma lecture en cours…).

The_Moment_by_James_Ward_1831.jpeg

Parfois, je suis au bout du rouleau, en ce moment, je baisse, j’ai l’impression de n’avoir pas une seule seconde de tranquillité, et s’il m’arrive d’en prendre, comme lorsque je m’allonge 10 minutes le midi quand je rentre chez moi, eh bien c’est un temps que je n’ai pas  « fructifié » en lançant une machine, vidant le lave vaisselle, chercher un courrier perdu ou envoyer un chèque pour régler une facture. Oui, ma vie en ce moment c’est cela, des journées de travail chargées, des matins pressés, des soirées chargées et des nuits courtes…mais alors, où placer la tranquillité dans tout cela, comment atteindre ces objectifs (simples) de gestion de stress et de slow-life que je me suis fixés ?

20180928_102817.jpg

le temporaire qui peut durer

Je sais bien que tout cela est une question de timing, que l’acquisition de la maison tombait avec une fin d’été difficile et que le déménagement coïncide avec la rentrée scolaire doublée de la reprise au boulot, avec des aléas à gérer dans la vie privée et au quotidien.

J’ai encore les nerfs solides, mais je sens, en ce moment, que mon corps commence à me prévenir : si tu ne te reposes pas, je m’écroule…aussi, je suis nerveuse à certains moments, face à des choses plutôt futiles et j’ai encore cette peine d’enfant au fond de moi, qui utilise (à tord) la notion d’injustice pour parler de cette peine que j’ai de me retrouver seule, à gérer le quotidien, les projets, le déménagement, le rythme scolaire effréné et le travail (voir mon coup de gueule pression au travail )

Pourtant, il ne s’agit pas d’injustice, mais plutôt de choix concrets que j’ai réfléchis et validés. J’ai décidé seule de quitter mon super logement en location pour offrir un espace plus « cosy » à ma petite famille. J’ai décidé d’acheter seule, parce que la vie n’attend pas et que je veux profiter des moments qui vont s’offrir à nous.

J’ai aussi choisi d’assumer un rythme effréné, comme beaucoup d’autres mamans, célibataires ou en couple, qui renoncent à vivre des semaines « calmes » et courent partout pour satisfaire le désir d’apprendre et de grandir de leurs enfants.

J’ai choisi également de travailler dans cette entreprise (bon, je l’ai fait par défaut en étant honnête sur la question), mais en dépit des quelques avantages que ça avait (proximité de la maison, horaires de bureau….etc), je suis désormais convaincue que sans politique de ressources humaines, sans véritable management, je risque de faire un burn out à cause du fonctionnement « émotionnel » et de la fatigue morale due aux relations humaines ici, alors même que je bosse très bien et que j’avale des montagne de boulot, parce que hyperactive et consciencieuse.  Je le sens le soir, une fois rentrée chez moi, lorsque je fais les choses de façon mécanique, parce que j’ai épuisé toute mon énergie vitale…

fatigue.jpg

Change is gonna come

Que faire alors ?

C’est intéressant de poser les mots qu’il faut, et se rendre compte de ce qu’on fait. Je crois que plus que jamais, dans des situations comme celle-ci, il faut garder le courage d’avancer, être honnête avec soi même sur ses limites, sur son état physique et mental.

Ce qui est chouette, c’est que c’est un beau projet en cours, que je me vois bien repenser à cela en me disant que ça valait bien la peine de s’en donner les moyens et de faire des choix..

Bientôt, je l’espère, ma petite tribu sera bien installée et notre mode de vie va changer.

Plus nous avançons, plus ça se dessine, ce ne sera pas le même rythme, pas le même quotidien, mais nous serons ensemble, gang de fille, acceptant la vie comme un cadeau et partageant la bienveillance pour se soutenir et s’aimer.

Think-positive.jpg

Oui, c’est la tempête avant le calme, elle dure plus longtemps que prévu, je ne suis pas très bien équipée, mais elle annonce le calme auquel j’aspire tant…

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :